L'e-réputation en questions

Dossier(s):
Internet, Vie privée

Article publié par la CNIL, le 24/08/2011

Avec l'augmentation du nombre d'informations personnelles disponibles sur Internet, de plus en plus de personnes sont confrontées à des problèmes de réputation en ligne. Comment s'en prémunir ? Que faire si on est victime ?

Qu'est-ce-que la "e-réputation " ?

L'e-réputation est l'image numérique d'une personne sur Internet. Cette e-réputation est entretenue par tout ce qui concerne cette personne et qui est mis en ligne sur les réseaux sociaux, les blogs ou les plateformes de partage de vidéos.

Pourquoi doit-on faire attention à sa réputation en ligne?

Les blogs et réseaux sociaux sont de plus en plus consultés afin de rechercher des informations sur les individus, que ce soit dans un contexte professionnel (par des recruteurs, des employeurs, des clients, des fournisseurs …) ou personnel (par des amis, conjoints, …). Cette pratique est d'ailleurs devenue si courante qu'on emploie l'expression "googliser " quelqu'un quand on cherche des informations sur cette personne sur Internet.
Il est donc très important aujourd'hui de contrôler et de maîtriser son image numérique, qui est accessible par tous.

Peut-on maîtriser sa "e-réputation"?

On peut maîtriser une partie de sa réputation en ligne. En effet, on peut contrôler ce que l'on a mis soi-même en ligne : des articles sur un blog, des participations sur des forums ou des chats… Mais il reste une partie de notre image qui ne dépend pas de nous. Elle est liée à ce que d'autres personnes vont publier sur nous et peut se révéler beaucoup plus difficile à maîtriser.

Comment faire pour contrôler sa "e-réputation"?

La CNIL recommande de taper régulièrement son nom dans un moteur de recherche pour voir quelles informations nous concernant circulent sur Internet. En effet, nos informations sont disséminées sur les différents sites que l'on utilise quotidiennement.

Pour aider l'internaute à "saisir" son image en ligne, Google a mis en place un nouvel outil intitulé "Ma présence sur le Web", qui a pour but de faciliter la gestion de son identité en ligne et d'opérer une surveillance sur ce que "les autres voient lorsqu'ils effectuent des recherches à votre sujet sur Google". L'outil reprend notamment le principe des alertes Google, en permettant de paramétrer facilement des notifications qui préviennent l'utilisateur lorsqu'il est fait mention de son nom, son adresse e-mail ou autres données en ligne.

Que faire si du contenu négatif qui nuit à notre réputation est publié sur Internet ?

La loi informatique et libertés permet à toute personne présentant des motifs légitimes de demander la suppression de données la concernant diffusées sur internet.

Il faut alors demander au webmaster du site internet à l'origine de la publication de ces informations leur suppression en précisant les raisons de cette demande (atteinte à la vie privée, à la réputation, etc.). Pour aider les internautes dans cette démarche, la CNIL propose sur son site, dans la rubrique Plainte en ligne, un courrier type de demande de suppression.

Si dans un délai légal de deux mois après l'envoi de la demande, un internaute a toujours des difficultés à obtenir la suppression de ses informations du site internet concerné, il est possible d'adresser un courrier de réclamation à la CNIL. Elle pourra intervenir à l'appui de sa demande auprès du responsable du site en veillant à ce qu'une réponse soit apportée.

Si, malgré tout, le webmaster refuse par écrit de donner une suite favorable à la demande, il faudra s'adresser à la justice. Le juge pourra ainsi apprécier la légitimité de la demande de suppression d'informations personnelles au regard du principe de liberté d'expression ou de liberté de la presse lorsque la demande concerne un article en ligne.
Cependant, dans certains cas, il peut s'avérer très difficile de contraindre un site à retirer du contenu, surtout si celui-ci est hébergé hors de l'Union européenne. Des entreprises spécialisées dans le nettoyage de la "e-réputation" sont d'ailleurs apparues ces dernières années...

Lire la suite sur le site de la CNIL.