Le Dossier Médical Personnel (DMP), ou comment constituer, l'air de rien, un gigantesque fichier des données de santé

Dossier(s):
France, Fichiers, Santé

Ce dossier a été réalisé dans le cadre d'une collaboration entre le CECIL et CREIS Terminal, respectivement rédigé par Laetitia Schweitzer et Maurice Liscouet.

Tour à tour qualifié de « serpent de mer » ou d'« arlésienne » (y compris du côté du Sénat), le Dossier Médical Personnel (DMP) est en train de devenir une réalité. Ce DMP a une histoire mouvementée, faite de retards répétés, de virages à 180°, d'expérimentations inabouties, de refontes et de révisions budgétaires conséquentes. En effet, « tous les travers pouvant faire capoter un projet sont cumulés : une vision technique avant une vision d'usage, des délais irréalistes, des investissements incohérents avec les exigences, des flous juridiques qui demeurent, des changements managériaux intempestifs, une fuite en avant dictée par les discours politiques, etc. ».
Le projet, lancé par la loi n°2004-810 du 13 août 2004 relative à l'assurance maladie, s'inscrit dans le cadre du développement de l'informatisation des données médicales et de « l'e-santé », présentées, notamment par la CNIL, comme « inéluctables ». L'argumentaire des pouvoirs publics pour promouvoir le projet DMP est d'ailleurs, depuis son lancement, celui de l'irrésistible « modernisation » des systèmes de santé, au point que cette modernisation a même été présentée comme l'un des « enjeux éthiques » du DMP... Télécharger le document.