Pour en finir avec les experts auto-proclamés de "l'insécurité" et des "violences urbaines"

Dossier(s):
Sécurité

Quelques lectures éclairantes sur un thème omniprésent depuis plus d'une quinzaine d'années dans le débat public: l'insécurité et les "violences urbaines". Entre le milieu des années 90 et le début des années 2000, plusieurs sociologues, et de rares journalistes dont Pierre Rimbert, ont dénoncé la fausse expertise dont se revendiquent certains promoteurs du tout-sécuritaire et de l'idéologie de la "tolérance Zéro"...

Lire notamment :

  • Loïc Wacquant, "Sur quelques contes sécuritaires venus d’Amérique", Le Monde Diplomatique, mai 2002

La nouvelle percée électorale de l’extrême droite en France s’explique à la fois par un mal social et par une peur. La peur, c’est celle de l’« insécurité », que les médias et les principaux candidats ont presque toujours déclinée sous l’angle de la violence de rue, presque jamais sous ceux de la précarité, de l’éducation, des salaires. Ce tropisme vient de loin, dans le temps et dans l’espace. C’est aux Etats-Unis qu’il a d’abord habillé la question de la délinquance et du crime d’un discours d’apparence scientifique. Enfantant ainsi les mythes savants de la nouvelle pensée unique sécuritaire...

Lire la suite sur le site du Monde Diplomatique.

  • Laurent Muchielli, "Expertise ou supercherie sur les «violences urbaines» ?", février 1999

Tribune à propos du livre de Alain Bauer & Xavier Raufer, Violences et insécurités urbaines, Presses Universitaires de France (Que-Sais-Je ?), 1998.

Avec ce petit livre publié dans une collection bien connue, MM. Bauer et Raufer (respectivement PDG d'une société privée de "conseil en sûreté urbaine" et chargé de cours à l'université Paris II) affichent une grande ambition : "il manquait à l'opinion, aux médias, à la classe politique un document concret, clair, bref, un livre qui allierait à la description froide de la situation, la présentation détaillée des méthodes efficaces pour tenter de maîtriser les violences urbaines" (p. 6). Mais en réalité leur propos a aussi des visées politiques puisqu'il s'agit de réaliser une prise de conscience face à de nombreuses années d' "aveuglement idéologique" et de "pieuses intentions", les auteurs désignant par là les politiques de prévention mises en œuvre depuis 1982 à l'initiative de la gauche (p. 4-5). Or, ce serait précisément depuis ce moment que la situation se serait dramatiquement aggravée : extension géographique de la violence, précocité, récidive et violence accrues des délinquants (p. 4). Enfin, cette aggravation générale serait à relier à l'immigration (p. 5, 30). Les enjeux généraux posés, reste à évaluer l'expertise dont se réclament les auteurs, notamment l'expertise statistique...

Lire la suite sur le blog de Laurent Mucchielli.

  • Pierre Rimbert, "Envahissants experts de la tolérance zéro", Le Monde Diplomatique, février 2001

Vingt ans de politique de la ville, élaborée sur fond de décentralisation au rythme des échéances électorales, ont accouché d’une nouvelle figure : l’expert en sécurité. Depuis le retour de la gauche au pouvoir en 1997, une poignée de ces experts multiplient les interventions médiatiques et disséminent leurs idées dans un nombre croissant d’instances et d’ouvrages. Naguère inconnus du public, ils s’imposent comme les analystes des « désordres urbains » et éclipsent les « spécialistes des banlieues » promus dans les années 1980. Ces derniers tentaient d’analyser un problème politique, économique et social, dont il fallait chercher les causes avant d’y remédier.
L’« expert » balaye les causes et propose une approche gestionnaire des effets : à la question de la situation économique et sociale des quartiers populaires, il substitue celle de la « lutte contre la violence urbaine ».

Lire la suite sur le site du Monde Diplomatique.

A lire également :

  • Laurent Bonelli, "La France a peur. Une histoire sociale de « l’insécurité »", La Découverte, 2008

  • Laurent Bonelli et Gilles Sainati (dir.), "La machine à punir. Pratiques et discours sécuritaires". L’Esprit Frappeur, mars 2001

  • Laurent Muchielli (sld), "La frénésie sécuritaire", La Découverte, mars 2008

  • Loïc Wacquant, "Les prisons de la misère", Raisons d'agir, 1999